L'après Libre Journal - [1] [...] [121] [122] [123] [124] [125] [126]
L'après Libre Journal
Radio Beketch
Entretien avec Igor et Grichka Bogdanov

Radio Courtoisie, 20 décembre 2006

Serge de Beketch s’entretient avec Igor et Grichka Bogdanov, professeurs à l’Université des Sciences Appliquées de Belgrade, qui présentent leur dernier ouvrage intitulé Voyage vers l’instant Zéro, une histoire de l’origine du monde appuyée par des photos fabuleuses prises par satellites et des images de synthèse réalisées sous contrôle scientifique. Avec les interventions de Patrick Gofman et Laurent Blancy, collaborateurs du Libre Journal papier.



Extrait du "Libre Journal de Serge de Beketch" du 20 décembre 2006. (27:46)
26 mars 2008 - lien permanent
SDF - le journal -
Sortie du n° 2 du premier journal identitaire de rue

L’association Solidarité Des Français - dont l’animatrice Odile Bonnivard était régulièrement invitée par Serge de Beketch à s’exprimer sur les ondes de Radio Courtoisie - vient de sortir le numéro 2 de son bimestriel de rue identitaire, dans lequel on retrouve Patrick Gofman en tant que secrétaire de rédaction, et dont la diffusion est assurée par les SDF eux-mêmes.

Ce journal a pour mission première de maintenir le lien entre les SDF et l’association (Internet, c’est bien, mais pour ceux qui vivent dehors, pas facile de se connecter...). SDF - le journal - se veut aussi un moyen pour eux, qui vivent au jour le jour, de gagner quelques sous tout en diffusant un message identitaire.

Actualités, textes, informations pratiques, petites annonces, jeux, liens amis, les rubriques sont concrètes, variées et attrayantes.

Vous pouvez télécharger ce second numéro ici.

26 mars 2008 - lien permanent
Radio Courtoisie
19 mars 1962 - 26 mars 1962

Le gouvernement français signe l’abandon de l’Algérie. A Paris, la trahison s’installe et trouve son expression ignoble chez celui-là même qui avait été porté au pouvoir par les Français d’Algérie : DE GAULLE.

Trahissant sans vergogne son engagement, il négocie avec les représentants du F.L.N.

- Il trahit donc la France, la République puisqu’elle est une, indivisible, et que l’Algérie est formée de départements.

- Il trahit son armée. Victorieuse sur le terrain, elle se voit refuser cette victoire.

- Il trahit les Français d’Algérie, à qui il avait promis l’Algérie française.

Une signature au bas de ce chiffon nommé les accords d’Evian, et il fallut abandonner le fruit du travail de nos aînés : 132 années de labeur acharné. Des marécages ont été asséchés, ces terres ont été ensuite cultivées, des hôpitaux, des routes, des voies ferrées, des barrages hydrauliques, des ponts, des écoles, une université ont été construits. Et aujourd’hui, il faut tout laisser.

Les accords d’Evian donnent l’Algérie à des gens qui n'ont aucun droit historique sur ce pays et n’offrent que d’illusoires garanties. Celles-ci seront balayées dès que le gouvernement algérien sera au pouvoir. En fait, il ne faudra même pas attendre l’indépendance de l’Algérie pour que les engagements signés ne soient pas respectés et par le FLN et par le gouvernement Français. Désespérés, les Français d’Algérie vont refuser d’admettre l’horrible situation. Ils veulent encore croire qu’une solution est possible. Ils ont confiance en une partie de l’armée restée fidèle à la parole donnée.

Entretien avec Nicole Ferrandis, présidente de l’Association des familles des victimes du 26 mars 1962, vice-présidente de l’Association nationale des Français d’Afrique du Nord et d’Outre-mer, Jean Monneret, historien, et Jean-Paul Le Perlier, journaliste, écrivain.



Extrait du "Libre Journal de Gérard Marin" du 19 mars 2008. (1:00:11)
25 mars 2008 - lien permanent
La Grande Guerre
Verdun 22 février 1916 :
la mort du colonel Driant

Le combat fut héroïquement conduit par les chefs comme par les troupes.

Les bombardements de l’artillerie lourde allemande, du 21 février et de la nuit du 21 au 22, précédèrent la ruée des divisions d’assaut ; nulle part encore, sur aucun front et dans aucune bataille, on n’en avait connus de pareils. Ils visaient à créer une "zone de mort", dans laquelle aucune troupe ne pourrait se maintenir. Une trombe d’acier, de fonte, de shrapnels et de gaz toxiques s’abattit sur nos bois, nos ravins, nos tranchées, nos abris, écrasant tout, transformant le secteur en un champ de carnage, empuantissant l’atmosphère, portant l’incendie jusqu’au coeur de la ville, s’attaquant même aux ponts et aux localités de la Meuse jusqu’à Genicourt et Troyon. De formidables explosions secouaient nos forts, les empanachaient de fumée.

On ne saurait décrire une telle action, qui n’a sans doute jamais été égalée en violence et qui concentra, sur le triangle étroit compris entre Brabant-sur-Meuse, Ornes et Verdun, le feu dévastateur de plus de deux millions d’obus !

:: Lire la suite

21 mars 2008 - lien permanent
L’humeur de Patrick Gofman
J’inaugure le Salon du Livre !

J’incline à me prendre pour un V.I.P. (Very Important Pipeaule) quand je reçois un carton pour l’inauguration du Salon du Livre de Paris (13 mars, 19 h), « en présence de la ministre » de la Propagande, etc. Je tombe de haut quand je lanterne sous la pluie de 19 h à 19 h 47, avec plusieurs milliers de V.I.P. de mon calibre, pendant que les vraies personnalités inaugurent entre elles le Salon désert. Pour des raisons de sécurité, autour d’Israël, invité d’honneur ? Mais alors, pourquoi ne pas avoir avancé l’heure des officiels ? Et pourquoi me laisse-t-on entrer sans contrôler mon sac, où 5 kg de bouquins pourraient aussi bien être 5 kg de Semtex ?

***

La Bible culturelle des bobos, Télérama, raconte que la version théâtrale du chef-d’oeuvre de Vassili Grossman, Vie et Destin (éd. L’Age d’Homme) « a peu de chances de sillonner la Russie de Poutine. » Marianne (11 mars) dément : c’est un spectacle quasi officiel. La russophobie imbécile ne paie pas : les ventes en kiosques de Télérama sont tombées de 230 000 à 125 000 ex. ces six dernières années !

***

Dégagé du Monde, le trotskiste culturel Edwy Plenel renie Alain Minc et blogue. En toute indépendance. A preuve, cette circulaire exigeant l’abonnement à son site : « Merci de ce geste militant qui s’inscrit dans la logique de la démocratie participative. Ségolène. »

Patrick Gofman

Texte paru sur Novopress
20 mars 2008 - lien permanent
Entretien Courtois avec A.D.G.
donné au Libre Journal en février 1996

Nous publions cet entretien, paru il y a douze ans dans les colonnes du Libre Journal, comme un "document d'époque". Celui-ci est à lire aujourd'hui comme un témoignage de la complicité - parfois houleuse - qu'il y avait entre ADG et Serge de Beketch. Il rappelle aussi quelques faits journalistiques qui décidèrent finalement Serge à créer Le Libre Journal trois ans auparavant, et dans lequel se retrouvèrent bien des signatures de la vieille garde de Minute.

Les Amis du LJ

L’année dernière, vous annonciez ici-même la parution prochaine d’un livre sur Jacques Lafleur, député de Nouvelle Calédonie. Nous avons eu beau scruter les vitrines des libraires, nous n’avons rien vu venir... Qu’en est-il ?

Le livre existe, il est écrit, je l’ai même terminé il y a un an pile, mais il a connu deux "fortunes" d’édition : "Le Rocher" qui me l’avait commandé a pris peur devant les probables réactions procédurières de mon "sujet", lequel était paradoxalement mon suzerain puisque l’ouvrage était titré "Lafleur, roi de Kanaky" et a renoncé à sa publication. Un deuxième éditeur attendait des concours extérieurs pour faire face à ces réactions et elles ne sont pas venues. Le bouquin est donc en stand-by pour l’instant.

D’autres projets ?

Je viens de terminer l’écriture d’un gros scénario de cinéma, "Camerone" qui relate le célèbre et pourtant méconnu haut-fait de la Légion étrangère au Mexique en 1863 et je vis actuellement dans les bois afin d’en avoir davantage à toucher pour que ça marche et que ça se tourne. Vivre dans les bois m’est d’autant plus facile que je suis chômeur en tant que journaliste depuis mon licenciement "économique" de Minute en mars dernier.

Si on en parlait ? J’ai eu comme l’impression que vous mettiez des guillemets à "économique"...

:: Lire la suite

20 mars 2008 - lien permanent
Radio Beketch
Entretien avec Jimmy Guieu

Radio Courtoisie, 18 novembre 1992

Une activité aussi importante et aussi diversifiée que celle engagée par l’administration militaire américaine autour de la question des OVNI et des EBE (entités biologiques extraterrestres) requiert des mécanismes très performants pour prévenir les indiscrétions ou au moins les contenir. Le secret a été maintenu grâce à une combinaison de désinformation, de discrédit systématique jeté sur les informations vraies que l’on donnait volontairement ou non, de censure et de pressions sur les organes de presse ou de gouvernement tentés de faire des révélations.

Entretien avec Jimmy Guieu (+ 2 janvier 2000), écrivain de science-fiction et ufologue.



Extrait du "Libre Journal de Serge de Beketch" du 18 novembre 1992. (57:53) Source : MPS
19 mars 2008 - lien permanent
Echos d’outre-tombe
Le sida, la faute aux catholiques ?

Vexilla Regis, 13 janvier 2006

Le microscope électronique fait apparaître dans la texture d’un préservatif des perforations qui, eu égard au diamètre du virus HIV, correspondent, à l’échelle, à une porte de garage par rapport à une souris. Il existe d’ailleurs des directives internes du planning familial (institution inventée par Margaret Sanger qui fut à la fois hitlérienne et stalinienne...) recommandant de promouvoir le préservatif par la psychose des MST à des fins pas du tout prophylactiques mais uniquement malthusiennes.

On constate par ailleurs que le discours médical affirme, contre tout bon sens, que le préservatif est LE SEUL moyen de prévenir les MST, ce qui est doublement faux puisque, d’une part, le préservatif ne protège pas et que, d’autre part, il existe au moins deux autres moyens qui s’appellent la tempérance et la fidélité.

Serge de Beketch
18 mars 2008 - lien permanent
En attendant l’apocalypse
L’apocalypse à la sauce 70

En dépit de tous nos progrès nous en sommes revenus aux années 70, avec le même catastrophisme ambiant et les mêmes faiblesses très matérielles. La hausse du prix du pétrole renforce le monde arabo-musulman et la Russie, la hausse des matières premières donne à ce début du XXIe siècle un tour inquiétant. On se souvient du fameux "Soleil vert", ce film de 1973 montrant une humanité ramenée à une anthropophagie sophistiquée. L’action était censée se dérouler en 2020. Nous allons voir ce qu’il en sera du prix de l’or, du blé ou du soja dans ces années-là.

Le plus lamentable est que la crise du pétrole aurait dû nous prévenir : il n’en a rien été. Nous utilisons les mêmes avions, les mêmes pétroliers et les mêmes véhicules (souvent plus lourds d’ailleurs) qu’il y a quarante ans et nous devons maintenant partager ce même pétrole et cette même nourriture avec beaucoup plus d’êtres humains.

Un autre film des années 70 qui m’avait marqué était "Rollerball", avec des élites brutales qui fanatisaient leur monde ou le soumettaient grâce au sport, tout en s’amusant à détruire la nature. Il est clair que toutes les dictatures, communiste ou fasciste, aujourd’hui oligarchique, s’établissent sur le culte du sport.

:: Lire la suite

17 mars 2008 - lien permanent
Radio Courtoisie
"A l’Appel de Denikine"

De février 1991 à juillet 2007, Serge de Beketch est intervenu à plus de quinze reprises devant les congrès, puis, à partir de 1992, les universités d’été de Renaissance Catholique. Les textes de ses conférences, dont beaucoup étaient encore, jusqu’ici, inédites, ont été publiés en un recueil intitulé "A l’Appel de Denikine - Mes Universités". Qu’il décrive le fonctionnement de la machine à décerveler les peuples de l’Union Européenne ou le jeu des lobbies constitutifs de l’anti-France, qu’il analyse les ressorts cachés du Don Quichotte de Cervantès ou les ambiguïtés de la mobilisation contre le péril islamique, c’est à un tour d’horizon des procédés totalitaires mis au service de la société marchande et du mondialisme que l’auteur se livre avec une faconde sans pareille. L’ensemble tient du bréviaire de la désinformation tout autant que du réquisitoire contre les impostures de la société contemporaine, en prélude à un appel à la mobilisation des intelligences pour une résistance nationale et catholique. Entretien avec Michel de Jaeghere, journaliste, recteur de l’Université d’Eté de Renaissance Catholique ; avec la participation de Jean-Paul Chayrigues de Olmetta et Jean-Pierre Rondeau.



Extrait du "Libre Journal de Gérard Marin" du 20 février 2008. (28:11)
15 mars 2008 - lien permanent
La Grande Guerre
Pour que l’étranger ne foule pas le pavé de Paris

Cela s’est passé il y a quatre-vingts ans, jour pour jour.

Nos pères, nos grands-pères, nos arrière-grands-pères y étaient. Ils avaient vingt ans. Ils étaient savetier à Belleville, cultivateur à Rosporden, berger à Corbara, fils de famille au manoir de Hurepoix, et ils avaient rendez-vous à Verdun, un gros bourg de la Meuse, à deux cents kilomètres de Paris.

Là, enfouis dans des tranchées, ils avaient passé une nuit de neige dans l’attente d’un assaut qu’on leur disait certain. Au matin, un jour blême s’était levé sur la terre gelée et muette.

C’était, le 21 février 1916 ; il était 7h15.

Soudain, la première ligne du bois des Causses semble se soulever de terre dans un gigantesque éclair de feu. Toute la position française, au nord de Verdun, est soumise à un tir d’artillerie intense. Jamais on n’a assisté à pareil déchaînement de feu et d’acier.

:: Lire la suite

14 mars 2008 - lien permanent
La Grande Guerre
Décès du dernier Poilu de la Grande Guerre

Lazare Ponticelli, dernier Poilu de la guerre de 14, est décédé mercredi 12 mars à l’âge de 110 ans.

Né en Italie en 1897, Lazare Ponticelli arrive en France à l’âge de 9 ans. En août 1914, il s’engage dans la Légion étrangère et, jusqu’à l’entrée en guerre de l’Italie aux côtés des alliés, participe aux combats sous l’uniforme français. En mai 1915, il ira rejoindre, avec ses camarades italiens de la Légion, le 3e régiment de chasseurs alpins italien. Il se bat alors contre les Autrichiens dans les montagnes du Tyrol.

Il aimait à rappeler que les propos que s’échangeaient les soldats des deux camps n’étaient pas toujours haineux : « Pourquoi se bat-on ? ». Blessé, opéré puis envoyé en convalescence à Naples, il retrouve en 1918 et jusqu’à la fin de la guerre les combats de première ligne, près de Monte Grappa.

Fin janvier, la mort de Louis de Cazenave fit de Lazare Ponticelli l’ultime combattant français de la Première Guerre mondiale. Il se résigna alors à l’éventualité d’obsèques nationales, ce qu’il avait par principe toujours refusé. Mais « sans tapage important ni de grand défilé, au nom de tous ceux qui sont morts, hommes et femmes ».

Une messe sera donnée en l’église Saint-Louis des Invalides, à Paris, lundi 17 mars.

Alors que la République organise méthodiquement l’invasion du territoire par des populations allogènes, sa caste dirigeante, toutes tendances confondues, se paie l’incroyable culot de rendre un vibrant hommage au dernier Poilu. De toutes parts, ce ne sont qu’envolées lyriques de fin de banquet républicain et dithyrambes à « la Patrie envahie », au « patriotisme héroïque et douloureux », à « la liberté », à « notre mémoire », à la « défense de notre nation et ses idéaux »... Pitoyable.

L’héroïsme des nôtres, luttant dans une guerre fratricide pour le plus grand profit de puissances financières d’un cynisme absolu, n’a que faire de ces paroles hypocrites.

Henri Dubost

Texte paru sur Novopress
13 mars 2008 - lien permanent

Serge de Beketch : 'Mémoires Inachevés', présentés par Nicolas Bonnal et Danièle de Beketch

Publicité !

par Serge de Beketch et Patrick Gofman, lors de l'émission du 11 avril 2007 sur Radio Courtoisie. (0:38)


Archives du Libre Journal de Serge de Beketch en ligne

Archives du Libre Journal de Serge de Beketch à télécharger

Nicolas Bonnal : 'Les voyages de Horbiger, ou les Maîtres Carrés'

Patrick Gofman : 'Dictionnaire des Emmerdeuses'

Nicolas Bonnal : 'Mal à Droite - lettre ouverte à la vieille race blanche'

Laurent Blancy : 'Atlas de géopolitique révisé'

Patrick Gofman : 'Vengeances de Femmes'

François Brigneau : 'Faut toutes les buter'

Jean-Paul Chayrigues de Olmetta : 'Almanach du Marquis 2009'

Laurent Glauzy : 'Extraterrestres - Les messagers du New Age'

Retrouvez le Libre Journal de Serge de Beketch sur Radio Beketch,
avec Victoria, J.-P. Rondeau, F. Roboth, Le Marquis et Gofman.

[1] [...] [121] [122] [123] [124] [125] [126] - Haut de page